Emmanuel Macron président, et maintenant ?

Emmanuel Macron président, et maintenant ?

Emmanuel Macron a été élu le 7 mai 2017. Il l’a répété à plusieurs reprises, il est favorable au prélèvement à la source, mais pas tout de suite. Emmanuel Macron est favorable à un report de la réforme. Une bataille entre le secrétaire d’état sortant Chistian Eckert tente de gagner.

Un audit pour vérifier la faisabilité

Emmanuel Macron va demander un audit sur cette réforme majeure. Celui-ci débutera en juin prochain.

Benjamin Griveaux, porte parole du mouvement politique En marche! interviewé sur LCI a indiqué, que toutes les options étaient sur la table :  «On va regarder cet audit et si l’expérimentation peut être lancée dans de bonnes conditions, elle sera lancée, et si ce n’est pas le cas, il y aura un report».

Afin de gagner la bataille contre le nouveau président, le secrétaire d’état Christian Eckert a fait publier les décrets d’application de la réforme. Le report de la réforme en sera plus compliqué. Afin de roder le système, il est prévu un test grandeur nature entre les entreprises et l’administration fiscale. Ainsi un panel d’entreprises volontaires va échanger un certain nombre d’informations avec l’administration fiscale afin de valider le système. La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a indiqué qu’elle souhaitait «que soient effectuées sans précipitation ni improvisation les études d’impact nécessaires à une réforme d’une telle envergure». Les auditeurs devraient rapidement apporter leurs conclusion d’ici juillet au plus tard. Mais le président élu s’est exprimé à plusieurs reprises en faveur du report de la réforme.

Les raisons du report souhaité par le président

La version officielle : Emmanuel Macron s’inquiète de la surprise des Français lorsqu’ils verront leur salaire emputé de l’impot sur le revenu au mois de janvier 2018.

La version Officieuse : Emmanuel Macron ne souhaite pas que l’effet de la mesure phare de son quinquennat en faveur du pouvoir d’achat (suppression des cotisations sociales des salariés) soit anéantie par l’impôt prélevé directement sur salaire. Il faut que ca se voit sur la fiche de paye ! Benjamin Griveaux assure que la réforme sera menée au cours du quinquennat.